Haute-marne libérée / 2006

Langres, un artiste, un lieux.
 


                              
Les nouveaux horizons d'Emmanuel Berthier


 
              Artiste révélé depuis peu, Emmanuel Berthier présente sa toute première exposition à l'espace René Lemaire.Rien d'étonnant à ce que les remparts et le large horizon qu'ils ouvrent soit sont lieu de prédilection.
 
  
             


         A peine ses toiles ont-elles été dans la vitrine de l'espace René Lemaire par les membres de la "Tête de l'art" la semaine passée, que déjà on s'intérrogeait sur l'identité de ce "Faiseur de monde". Emmanuel Berthier,adhérent depuis deux ans à l'association vouée à l'art, peint depuis relativement peu de temps.Qui le croirait? Adepte de l'huile sur toile, il ouvre la porte d'un monde à lui.Un monde finalement plutôt minimaliste et coloré, parfois ponctué de formes géométriques et surtout habité par de singuliers personnages au demeurant fort sympathiques. Doté d'un sens inné de la composition, Emmanuel Berthier n'a ni mur ni frontière. Voilà pourquoi à son sens «les Remparts sont l'endroit à Langres qui me correspondent le plus». Parce qu'ils ouvrent vers l'infini et une multitude d'ailleurs.





 
                                                      Le passage à l'acte

Pour Emmanuel Berthier,le processus de création est toujours le même.Sortant un calepin de sa poche,il détaille sa manière de faire.«Tout démarre d'un petit croquis non défini au départ...Je dois le terminer avant de passer à la toile. Les couleurs viennent ensuite»,raconte-t-il avec pudeur.Aussi loin qu'il s'en souvienne,Emmanuel n'a jamais laché le crayon.C'est très récement qu'il est passé à la peinture.La première de ses toiles, il l'a montrée en 2005 à l'occasion de la Biennale des artistes haut-marnais.Depuis il n'a pas laché le pinceau.


               



Un nouveau monde

    L'inspiration viens de nulle part...ou plus exactement de partout.«Une simple forme, l' attitude d'une personne même aperçue» peu suffire à enclencher la machine. Dans ses toiles, le thème de la musique est réccurent. Dans tous ses tableaux également, on trouve même si elle n'est parfois que suggérée une connotation érotique mais qui ne met jamais mal à l'aise sans qu'il met en scène des êtres délirants. Quant à l'explosion de couleurs dans ses tableaux, il s'en explique simplement: «Il y a tellement de noiceur dans la vie qu'une pointe de couleur ne fais pas mal».De cette première exposition, il attend simplement «que les gens se disent "je suis dans son monde à lui"». Il n'y a qu'à pousser la porte de l'espace René-Lemaire pour y entrer...
                     
                                             Sylvie Chapron.
   
   
   
   
   
   
   
   
.